Une mauvaise hygiène dentaire augmente le risque d’endocardite mortelle.

COPENHAGUE, Danemark : Une mauvaise hygiène dentaire augmente le risque d'endocardite, une infection mortelle du cœur chez les patients atteints de cardiopathie congénitale.

 Les conclusions de deux études ont été présentées au 12ème Annual Spring Meeting on Cardiovascular Nursing, les 16 et 17 mars à Copenhague, et montrent que si ces patients font en général attention à leur mode de vie, ils négligent leur hygiène bucco-dentaire, une négligence qui peut être lourde de conséquences.

Les adolescents atteints de cardiopathie congénitale, ont une moins bonne hygiène dentaire que leurs "homologues" du même âge et vont moins chez le dentiste pour un contrôle dentaire, mais ils ont des comportements plus sains quand il s'agit de consommation d'alcool, de tabac ou de drogues illicites. Les adultes avec un seul ventricule physiologie, un type de maladie cardiaque congénitale, ont également une hygiène dentaire insuffisante.

"Les patients atteints de cardiopathie congénitale sont diagnostiqués et reçoivent leur traitement initial pendant l'enfance, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont guéris", explique le Pr Philip Moons, professeur en sciences infirmières à l'Université de Louvain, en Belgique, et professeur consultant à l'Université de Copenhague. "Ils restent vulnérables aux complications et par exemple, une consommation excessive d'alcool peut déclencher des arythmies potentiellement mortelles. Une bonne hygiène dentaire contribue à prévenir l'endocardite ".

La première étude a recueilli des données de mode de vie auprès de 429 adolescents atteints de cardiopathie congénitale âgés de 14 à 19 ans participant à l'étude longitudinale i-DETACH (Information technology Devices and Education programme for Transitioning Adolescents with Congenital Heart disease). 401 des adolescents ont été jumelés à une personne du même âge et du même sexe sans maladie cardiaque congénitale. Tous les participants ont rempli un questionnaire développé par le groupe de recherche du Professeur Moons, pour mesurer leur consommation d'alcool, de cigarettes et de drogue, les soins dentaires et l'activité physique. Ces données sont particulièrement importantes chez les patients atteints de cardiopathie congénitale.

En utilisant ces données, les chercheurs ont calculé des scores de risque pour l'usage des différentes substances, l'hygiène dentaire et un score global de risque pour la santé. Ces 3 scores de risque ont été consolidés en une échelle allant de 0 (aucun risque) à 100 (risque maximum).

Chez les adolescents atteints de cardiopathie congénitale, la consommation de substances augmente avec l'âge mais, par rapport aux personnes du groupe de contrôle, les adolescents atteints de cardiopathie congénitale ont une consommation significativement plus faible de ces substances mais en revanche un risque pour la santé plus élevé lié à une hygiène dentaire réduite.

Le professeur Moons déclare : "Le fait que les adolescents atteints de cardiopathie congénitale aient un meilleur comportement en ce qui concerne leur santé, par rapport à la population générale est compréhensible, étant donné qu’ils ont reçu un suivi médical important tout au long de leurs vies. Mais nous devons découvrir la raison pour laquelle leur hygiène dentaire n'est pas aussi bonne que celle de leurs contre-parts.

Pour la seconde étude, le même questionnaire a été utilisé pour recueillir des données de mode de vie auprès de 59 adultes âgés de 16 à 48 ans avec un un ventricule unique, un type de maladie cardiaque congénitale, et qui ont été jumelés à 172 personnes saines du même âge et du même sexe. "Il s'agit d'une maladie cardiaque congénitale très complexe et nous savons que ces patients sont plus à risque d'endocardite et d'arythmies que les autres patients atteints de maladies cardiaques congénitales", explique le professeur Moons.

Parmi ces patients, 85% consommaient de l'alcool, 26% de manière excessive, 20% fumaient dont 12% du cannabis et 20% n'avaient pas passé de visite de contrôle chez le dentiste au cours de la dernière année, 46% n'utilisaient jamais de fil dentaire et 39% n'étaient pas physiquement actifs.

Encore une fois, par rapport aux personnes saines, les patients à ventricule unique avaient un mode de vie global plus sain, sauf en ce qui concernait leur hygiène dentaire.

Dans le passé, on cherchait à prévenir l'endocardite chez les patients atteints de cardiopathie congénitale, par prise d'antibiotiques une heure avant une intervention dentaire ce qui bloquait le risque qu'une infection bactérienne liée aux gencives endommagées parvienne jusqu'au cœur pour provoquer une endocardite. Mais les chercheurs se sont rendu compte que l'hygiène dentaire quotidienne est plus importante pour la prévention de l'endocardite que la prise d'antibiotiques avant une intervention. En 2007, l'American Heart Association a modifié ses lignes directrices en ce sens, mais tous les médecins n'ont pas suivi ces recommandations, expliquent les auteurs. Bien sûr, suivre ces nouvelles recommandations laisse entendre qu’il est nécessaire d’éduquer les patients de façon systématique, et beaucoup ne le font pas.

Le professeur Moons conclut : "L'éducation systématique du patient atteint de cardiopathie congénitale sur l'importance de l'hygiène dentaire est essentielle pour prévenir l'endocardite".

source www.dental-tribune.com