Téléradiographie. Analyses céphalométriques


By on 17:34

Plan du document:
I. Introduction
II. Les analyses céphalometriques du sens sagittal
1. Analyse de l'angle facial (analyse de Downs)
2. Angle de convexité (analyse de Downs)
3. Les angles SNA et SNB (analyse de Downs)
1. Angle SNA
2. Angle SNB
3. Angle ANB
4. Analyse d'Hellegren ou Wits de Jacobson
III. Les analyses céphalometriques du sens vertical
1. Analyse de Tweed ou angle FMA
2. L'axe Y (Downs)
3. Angle goniaque (Schudy)
4. Analyse de Wendell Wylie
IV. Études des structures dento-alvéolaires (Ballard)
1. Inclinaison de l'incisive supérieure
2. Inclinaison de l'incisive inférieure
3. Angle d'attaque inter-incisif: I/i
4. Étude des rapports molaires (Bouvet)
1. Angle α (Alpha)
2. Angle β (Bêta)
V. Étude esthétique



I Introduction


Les différentes structures calquées vont permettre l'élaboration d'un certain nombre d'analyse céphalométriques (linéaire-angulaire-positionnelle).
L'utilisation d'une seule analyse peut s'avérer insuffisante, il est nécessaire d'utiliser plusieurs à la fois pour avoir le maximum de renseignements.
Les analyses céphalométriques permettent de localiser les malformations dento-faciales d'un sujet, de déterminer avec précision leur siége, leur nature et leur gravité d'où la possibilité d'établir un diagnostic complet, un plan de traitement approprié et un pronostic précis.


II Les analyses céphalometriques du sens sagittal


II.A. Analyse de l'angle facial (analyse de Downs)


Permet l'étude du type de squelette facial et permet de noter le degré de protrusion ou de retrusion du menton par rapport au massif facial.
Angle interne formé par le plan de FRANCFORT et le plan facial (Na-Pog).
Sa valeur moyenne est de 90°s plus ou moins 3°, on parle de “normoposition” du menton par rapport au profil.
• Si la valeur est supérieure, on parle de “protrusion du menton”
• par contre si la valeur est inférieure, on parle de “rétrusion du menton”.


II.B. Angle de convexité (analyse de Downs)


Cet angle permet l'étude de degré de protrusion de la partie maxillaire de la face par rapport à l'ensemble du profil.
C'est un angle formé par l'intersection des lignes Na-Points A et point A-Pog la ligne A-Pog est prolongée vers le haut au delà du point A de DOWNS.
Sa valeur est de 6° plus ou moins 5 et là on parle de type rectiligne
• par contre si la valeur est supérieure à 11°, on parle de type convexe
• par contre si la valur est inférieure à 110 , on parle de type concave.


II.C. Les angles SNA et SNB (analyse de Downs)


Ces angles permettent l'étude de la position du maxillaire et de la mandibule (sens antéro-postéieur) par rapport à la base du crâne ainsi que les rapports des deux maxillaires entre eux.

II.C.a. Angle SNA


Formé par les lignes S-Na et Na-point A, sa valeur moyenne est de 83° plus ou moins 3°
• si la valeur augmente, on parle de maxillaire en avant par rapport à la base du crâne.
• par contre si la valeur diminue on parle de maxillaire en retrait par rapport à la base du crâne.


II.C.b. Angle SNB


Formé par les lignes S-Na et Na-point B, sa valeur moyenne est de 8O plus ou moins 3°
• Si la va leur augmente on parle de mandibule en avant par rapport à la base du crâane
• par contre si elle diminue ,on parle de mandibule en retrait par rapport à la base du crâne.


II.C.c. Angle ANB


Cet angle exprime le rapport des deux maxillaires, sa valeur est déterninée par la ANB=SNA-SNB / valeur moyenne est de 3° plus ou moins 10.
• lorsque SNA est normal et que ANB augmente (supérieur à 4°), on a un décalage de base osseuse dans le sens d'une rétromandibulie.
- Si ANB diminue (égal ou inf à 2° ) on a un décalage de bases dans le sens d'une promandibulie.
• Lorsque SNB est normal et que ANB augmente, on a un décalage dans 1e sens d'un maxillaire en avant par rapport à la mandibule.
- Si ANB diminue on a décalage de base osseuses dans le sens d'un maxillaire en retrait par rapport à la mandibule



II.D. Analyse d'Hellegren ou Wits de Jacobson


Les points A et B de DOWNS sont projetés sur le plan occlusal en 2 points A` et B`.
Cette analyse consiste à mesure la distance entre A et B` et permet de confirmer le décalage des bases osseuses entre elles donnée par ANB.
La valeur moyenne est de 1 mm plus ou moins 2 mm. Les maxillaires ont des rapports harmonieux.
• Si A`B` est inférieure à -1 mm ,on a une classe 3 squelettique
• par contre si A`B` est supérieure à 3 mm on a une classe 2 squelettique.



III Les analyses céphalometriques du sens vertical


III.A. Analyse de Tweed ou angle FMA


Angle forme par le plan de FRANCFORT et le plan Mandibulaire et il exprime les rapports verticaux de la mandibule par rapport à la base du crâne.
Sa valeur moyenne est de 27° plus ou moins 4° et on parle d'une croissance mandibulaire moyenne (qu'elle se fait en bas et en avant)
• Si FMA augmente on aura une croissance mandibulaire à tendance verticale (se fait en bas et en arrière) et l'étage inférieur est augmenté
• Si FMA diminue on aura une croissance mandibulaire à tendance horizontale (se fait en haut et en avant) et l'étage inférieur est diminué


III.B. L'axe Y (Downs)


Il exprime la tendance générale de la croissance faciale, c'est l'angle formé par le plan de FRANCFORT et la ligne S-Gn.
Sa valeur moyenne est de 59° plus ou moins 3°.
• Si la valeur diminue, on parle d'une croissance à tendance horizontale
• par contre si la valeur augmente, on parlera d'une croissance à tendance verticale


III.C. Angle goniaque (Schudy)


Angle formé par une tangente à la branche montante et une tangente à la branche horizontale
Sa valeur moyenne est de 128° plus ou moins 60 on parle normodivergence
• par contre si la valeur augmente on parlera d'hyperdivergence
• et si la valeur diminue oi parlera d'hypodivergence.
L'ouverture ou la fermeture de cet angle influe sur le degré de rotation de la mandibule (rotation antérieure si l'angle est fermé et de rotation postérieure si l'angle est ouvert), et sur sa position dans le sens vertical, en augmentant ou en diminuant l'étage inférieur de la face.


III.D. Analyse de Wendell Wylie


On mesure la hauteur totale de la face à partir du point Na et le point Me et à Partir de l'épine nasale antérieure, on trace une perpendiculaire sur cette droite divisant la hauteur totale en 2 étages:
• étage supérieure
• étage inférieure
La proportion idéale de chaque étage est de:
• 45.5% plus ou moins 2% de la hauteur totale pour l'étage supérieure
• 54.5% plus ou moins 2% de la hauteur totale pour l'étage inférieure
La proportion de l'étage supérieure est donnée par la formule:
• (hauteur de l'étage supérieure x 100) / hauteur de la face totale
Le pourcentage de l'étage inférieure est obtenu par soustraction
L'augmentation de la hauteur du profil caractérise les sujets présentant un mauvais équilibre facial.



IV Études des structures dento-alvéolaires (Ballard)


IV.A. Inclinaison de l'incisive supérieure


L'angle I/F formé par l'axe de l'incisive supérieure et le plan de FRANCFORT sa valeur moyenne est de 107° plus ou moins 3°, on parle de normoalvéolie.
• si la valeur augmente on parle de proalvéolie supérieure
• par contre si elle diminue on parlera de retroalvéolie supérieure.


IV.B. Inclinaison de l'incisive inférieure


L'angle i/m formé par l'axe de l'incisive inférieure et le plan mandibulaire. sa valeur est de 90° plus ou moins 3° et on parle de normoalvéolie,
• si la valeur augmente on parle de proalvéolie inférieure
• par contre si elle diminue on parlera de retroalvéolie inférieure.


IV.C. Angle d'attaque inter-incisif: I/i


L'angle formé par l'intersection des deux axes incisifs, sa valeur moyenne est de 135° plus ou moins 5°
• si I/i est supérieure à 140° on parlera de retrusion du bloc incisif
• si I/i est inférieure à 130° on parlera de protrusion du bloc incisif.


IV.D. Étude des rapports molaires (Bouvet)


IV.D.a. Angle α (Alpha)


Angle formé par l'axe de la molaire supérieure et le plan de Morsure, sa valeur moyenne est de 90° plus ou moins 3°
• Si la valeur augmente on a une mésioversion de la molaire
• par contre si elle diminue On a une distoversion de la molaire


IV.D.b. Angle β (Bêta)


Angle formé par l'axe de la molaire inférieure et le plan de morsure. Sa valeur moyenne est de 100° plus ou moins 3°.
• Si la valeur augmente on a une mésioversion de la molaire inférieure
• par contre si elle diminue, on a une distoversion de la molaire inférieure.




V Étude esthétique


La ligne esthétique de RICKETTS ou la ligne E. C'est une ligne tangente à la pointe du nez et au pogonion cutané.
On l'utilise couramment en clinique, elle etudie:
• le profil cutané
• l'esthétique facial
• la position des lévres
- la bouche fermée sans effort doit se place en arrière de la ligne E.
- la lévre supérieure se trouve à 1 mm en arrière de cette ligne E.
- la lévre inférieure affleure la ligne E.
- si les lèvres sont en dedans de la ligne E, le profil est concave s'ils sont en dehors le profil est convexe.

Apropos du Club Scientifique Dentaire

Le Club Scientifique dirige son Site a l'attention exclusive du corps médical. Le Site comporte des images choquantes ou agressives pour un public non averti. L'utilisateur déclare et garantit ainsi qu'il accède au Site en qualité de professionnel de santé. La consultation du Site ne peut en aucun cas se substituer à un diagnostique médical, une pratique médicale, ou tout avis médical autorisé.