Découvertes grâce à l'analyse de tartre dentaire de Néandertaliens

ADELAIDE, Australie / LIVERPOOL, Royaume uni : Grâce au tartre dentaire, l'analyse des dents de fossiles de néandertaliens révèle des traces d'administration de moisissures (antibiotique naturelle, le penicillium) ainsi que des plantes médicinales notamment du peuplier qui contient de l'acide salicylique (l'ingrédient actif de l'aspirine) pour lutter contre diverses pathologies. En outre, cette analyse apporte des indications sur le mode de nutrition de cet hominidé.

Une équipe internationale dirigée par le Centre Australien d'étude de l'ADN ancien (ACAD), l'École dentaire de l'Université d'Adelaide, et l'Université de Liverpool au Royaume-Uni, a étudié des restes d'ADN prélevés dans le tartre dentaire de quatre Néandertaliens. Les résultats montrent la complexité du comportement de cet hominidé, dont les différences de régimes alimentaires entre groupes de Néandertaliens, et l'utilisation de substances à usage thérapeutique.Retrouvés en Belgique (grotte de Spy) et en Espagne (site d'El Sidron), ces homems de néandertal ont entre 42.000 et 50.000 ans. Ce sont donc les plus anciennes plaques dentaires jamais analysées génétiquement.
Selon l'auteure principale de l'étude, le Docteur Laura Weyrich (ACAD) : « La plaque dentaire piège les micro-organismes qui vivent dans la cavité buccale ainsi que les éléments pathogènes que l'on trouve dans les voies respiratoires et gastro-intestinales, mais également des morceaux de nourriture glissés entre les dents .Ce piège naturel permet la préservation de l'ADN pendant des milliers d'années».
Un régime alimentaire était différent suivant la région «Nous avons constaté que les Néandertaliens de la grotte de Spy consommaient du rhinocéros laineux et des moutons sauvages européens, enrichis de quelques champignons sauvages », explique le professeur Alan Cooper, directeur de l'ACAD. «Ceux de la grotte d'El Sidrón, à l'inverse, n'ont montré aucune preuve de consommation de viande, mais avaient apparemment adopté une alimentation principalement (ou uniquement ?) végétarienne, comprenant des pignons, des mousses, des champignons et des écorces d'arbres... »
L'équipe a également noté avec quelle rapidité la flore microbienne a évolué dans l'évolution de l'humanité depuis 50 000 ans. La composition de la flore bactérienne buccale chez les Néandertaliens et chez les hommes modernes est en étroite corrélation avec le pourcentage de viande dans le régime alimentaire. Ainsi, les Néandertaliens espagnols peuvent être regroupés avec les chimpanzés et les premiers fermiers africains. En revanche, d'après l'étude de leur tartre dentaire, les Néandertaliens belges sont très proches des premiers chasseurs-cueilleurs, et tout à fait proches des hommes modernes et des premiers fermiers.
C’est lors de l’analyse d’un des Néandertaliens d'El Sidron que les chercheurs ont été le plus surpris. Le fossile souffrait d'un abcès dentaire toujours visible sur la mâchoire. La plaque dentaire avait également piégé un parasite intestinal qui devait être à l'origine d'une diarrhée aiguë. Il était donc doublement malade et les scientifiques ont eu la surprise de découvrir qu'il devait se soigner en ingérant une moisissure (antibiotique naturelle, le penicillium) ainsi que du peuplier qui contient de l'acide salicylique (l'ingrédient actif de l'aspirine) pour calmer ses douleurs. En pratiquant cette automédication naturelle, l'un des Néandertaliens d'El Sidron tentait visiblement de se soigner aux antibiotiques d'une part, et de soulager ses douleurs d'autre part !
Pour Alan Cooper, « il apparaît que les Néandertaliens possédaient une bonne connaissance des plantes médicinales et de leurs diverses propriétés antibiotiques ou analgésiques. L'utilisation d'antibiotiques est très surprenante, car cela repousse l'utilisation de ce médicament de 40 000 ans en arrière, avant que les premiers antibiotiques ne soient identifiés »…
« Non seulement nous pouvons maintenant connaître précisément le menu des hommes préhistoriques, mais nous pouvons également déterminer les différents régimes alimentaires et leurs modes de vie qui se reflètent en partie dans les bactéries hébergées dans la bouche des Néandertaliens et des hommes modernes », explique le professeur Keith Dobney, L'Université de Liverpool.
Dans cette étude intitulée : Neanderthal behaviour, diet, and disease inferred from ancient DNA in dental calculus publiée online le mercredi 8 mars 2017 dans le journal Nature, les scientifiques indiquent être parvenus à réaliser le séquençage presque complet d'une bactérie très similaire au Methanobrevibacter oralis, qui provoque des parodontites (l'infection de la gencive et du tissu osseux). Vieux de 48.000 ans, il s'agit du plus vieux génome microbien à avoir été décrypté.
Sources : sciences et avenir

Soins dentaires : toujours trop chers

PARIS, France : Face à Michel Cimes et Marina Carrère-d’Encausse siégeaient 3 confrères : Catherine Mojaïsky, présidente de la CNSD, Sophie Dartevelle, présidente de l’UFSBD et Fabien Cohen, secrétaire général de la société française des acteurs de la santé publique bucco-dentaire ainsi que le Porte-parole du Collectif contre Dentexia : M. Abdel Aouacheria. Le reportage qui précéda les débats était presque complet, et aurait plutôt bien démontré, pour une oreille attentive, à qui profite le crime. En effet, les complémentaires santé ont été désignées comme étant les plus grandes bénéficiaires du règlement arbitral.
Mais n’oublions pas que nous sommes sur le « service public » et donc sous influence, pour
r ne pas dire plus, du gouvernement. Le journaliste nous conduit comme des enfants au tableau noir pour plus d’explications et nous ressort la communication, mot à mot, de Marisol Touraine. Oui, le projet initial proposait bien 806 millions de revalorisation des soins sur 4 ans, ce qui paraît énorme pour les Français. Il précise que cela devait représenter une augmentation de 9000 € / an, en moyenne, pour les cabinets dentaires - chiffre revu à la baisse par le règlement arbitral (7500 €).
Et voilà, la messe est dite ! Les dentistes crachent sur une augmentation de leurs revenus ! Dois-je préciser que cela dépend non seulement du type de cabinet, mais qui plus est qu’il s’agit de chiffre d’affaires et non de revenus ? Mais un journaliste n’est pas à un détail près quand il s’agit d’étayer sa thèse. Quand il parle d’une restauration de dent cariée (sic), il montre des honoraires de 41 € qui passeraient à 67 €, en omettant de signaler qu’il s’agit de la cotation maximum et non d’une moyenne pour cet acte ! Pas un mot sur le non remboursement des implants et très discret sur la trop faible revalorisation des soins. Information ou désinformation, un mélange savamment dosé...
Aucun mot sur les difficultés économiques que va susciter inexorablement cette nouvelle règle du jeu, avec, à n’en point douter la fermeture de nombreux cabinets, voire des drames comme il en existe déjà dans d’autres secteurs d’activité. Personne n’a osé insister sur les risques encourus par les patients, car, comme l’a suggéré le Dr Mojaïsky, les praticiens sont des soignants et ne peuvent baisser la qualité!
Michel Cimes se veut impartial, et, oubliant sans doute pour une fois qu’il est aussi un peu médecin, balance ses invectives déguisées en interrogations à propos d’une question sur la couronne payée 40 € en Chine... Les patients pourront se réjouir puisque la sécurité sociale augmentera la cotation des couronnes de 12,50 €, sachant qu’elle ne rembourse que 70%, cela représentera une amélioration de la prise en charge de 8,75 €, le prix d’un paquet de Camel filtre ! Des explications bien fumeuses mardi soir sur France 5.

L’éclaircissement après un détartage devient un traitement pour tous.

l est séduisant de remarquer comment un lé- ger changement de couleur des dents peut éclairer tout le visage de ceux qui décident de se soumettre à un traitement éclaircissant. Si d’une part les lois européennes ont introduit des limites dans l’usage de hauts pourcentages de peroxydes en laissant leur usage exclusivement au professionnel dentaire, de l’autre la demande esthétique et cosmétique enregistre une augmentation constante. Toujours plus de patients nous demandent d’améliorer leur sourire, y compris ceux qui jusqu’à présent étaient jugés non indiqués pour le traitement éclaircissant. Le changement du style de vie – nous avons de moins en moins de temps libre – et l’âge moyen plus avancé entraînant de plus en plus facilement la présence de récessions et obturations ou prothèses qui ne changent pas de couleur par le simple éclaircissement, demandent des interventions ciblées que le patient n’est pas toujours disposé à affronter.
I Pour cela, les industriels vont à l’encontre des patients et des nouvelles réglementations, en introduisant des produits étudiés pour toutes les exigences et toujours moins agressifs. Cas clinique Un patient de 34 ans s’est présenté à nous, fumeur (2 cigarettes par jour), en bonne santé systémique et sans aucune symptomatologie odontologique. La visite était pour la séance d’hygiène périodique mais, comme cela arrive de plus en plus souvent, on nous a aussi demandé d’améliorer la couleur de l’émail pour rendre le sourire plus lumineux. Pendant l’examen clinique nous observons quelques petites récessions et abrasions qui ne seront pas traitées lors d’un éclaircissement éventuel, par conséquent nous procé- dons avec la séance d’hygiène de maintien au comblement de ces lésions. A la fin, nous pré- sentons au patient les différentes typologies de traitements éclaircissants pour choisir ensemble quel est le procédé le plus indiqué pour ses exigences. Nous choisissons le traitement BlancOne Click (IDS) pour ses caractéristiques uniques : il utilise le peroxyde de carbamide à 16 % (HP < 6 %) et permet d’exécuter un passage d’éclaircissement rapide et indolore sans la nécessité de positionner une digue de protection sur les gencives. Nous pouvons donc le faire tout de suite après la séance d’hygiène orale, en réduisant les temps et par consé- quent les coûts aussi bien au cabinet qu’au patient. En outre, grâce au pourcentage réduit de peroxyde utilisé, nous sommes sûrs d’effectuer un traitement délicat qui n’agresse en aucune manière les surfaces dentaires, donc ne provoquera pas l’apparition d’une hypersensibilité désagréable. Caractéristique dernière mais non sans importance, celle d’éclairer le sourire sans bouleverser l’harmonie du visage; ce traitement a démontré un pouvoir éclircissant d’environ 4–5 tonalités, créant donc un gradient limité par rapport aux récessions, obturations et éléments prothétiques. Après avoir positionné l’écarteur pour les lèvres, nous observons la couleur initiale en comparant les dents avec le teintier Vita et nous notons un A2. Nous plaçons de manière uniforme sur les surfaces des dents visibles au sourire le gel mélangé au préalable qui apparaît d’une couleur rouge intense. Puis nous mettons en regard des dents la lampe à arc BlancOne Arcus afin que le faisceau de lumière soit le plus perpendiculaire possible aux surfaces et nous photo-activons le gel pendant 8 minutes. A la fin nous remarquons que le gel s’est gonflé et se présente riche en petite bulles d’oxygène libéré nécessaire pour la réaction chimique d’oxydation. Enfin, nous ôtons le gel et, après que le patient se soit bien rincé, nous procédons à la prise de couleur finale qui résulte A1. Le patient s’est démontré très satisfait du résultat obtenu en si peu de temps, sans aucun effet collatéral et avec le minimum de frais, à tel point qu’il a déclaré vouloir effectuer le traitement BlancOne Click à chaque séance de maintien semestrielle. Cela dé- montre que les traitements éclaircissants peuvent aussi être des outils pour fidéliser le patient et l’inciter au maintien de la santé orale.

IDS 2017 : plus que trois semaines avant le congrès

COLOGNE, Allemagne: Tous les deux ans, l'International Dental Show (IDS) attire à Cologne des milliers de visiteurs et d'exposants venus du monde entier. Ce congrès s'avère être la réunion et la principale plate-forme internationale d'affaires et de communication de l'ensemble de l'industrie dentaire. Dental Tribune International (DTI) a préparé un certain nombre de supports de premier ordre consacrés à cet événement.
En collaboration avec le partenaire allemand OEMUS MEDIA, DTI publiera du 21 au 25 mars un numéro spécial Today pour chacune des cinq journées d'exposition. Un numéro particulier sera édité la veille. De nombreux comptes rendus de conférences de presse et de nouveaux produits, ainsi que des entretiens menés sur place avec des leaders de l'industrie, seront disponibles en ligne. Les abonnés aux lettres d´informations de DTI seront informés quotidiennement par le biais de bulletins d'informations électroniques.
La réunion annuelle des éditeurs de DTI a lieu traditionnellement dans les jours précédant l'IDS,cette année elle se déroulera à l'hôtel Hilton. Les différents services de communication de DTI, qui offrent une gamme complète de supports de médias, organiseront pour les entreprises dentaires des sessions modérées de 30 minutes au cours desquelles elles pourront présenter leurs dernières innovations aux éditeurs présents.
Durant l'IDS, DT Study club organisera des conférences en direct qui seront également diffusées en ligne et sur place sur le plus grand écran de l'exposition.
En outre, DTI accueillera les participants de l'IDS au DTI Media Lounge, un salon au stand D060-F061 dans le Hall 4.1. Les invités pourront y prendre leur Journaux et magazines, rencontrer leurs pairs et les leaders de l'industrie dentaire et déguster des repas internationaux préparés par un chef cuisinier de haut niveau.
Le salon IDS a connu une croissance constante au cours des dernières décennies. Cette année, plus de 140 000 visiteurs sont attendus à l'événement. Environ 2 300 exposants du monde entier présenteront leurs dernières innovations.

source : http://www.dental-tribune.com

Résistance à la rupture de dents obturées par Gutta percha et Resilon: Une étude in vitro.

Le but de cette étude était d'évaluer et de comparer la résistance à la fracture des dents traitées endodontiquement remplies de gutta percha et de Resilon.


Figure 1: Images des analyses radiographiques (a) et photographiques (b) des spécimens décalcifiés et effacés. L'évaluation radiographique et photographique du remplissage des canaux latéraux a été effectuée en utilisant un logiciel d'image

Matériaux et méthodes:

Un total de 60 dents uniques fraîchement extraites sont sélectionnées et leur couronne anatomique retirée au CEJ. Tous les échantillons ont été équipés de la technique Step-back. Les échantillons ont été répartis au hasard en trois groupes de 20 échantillons chacun: groupe A obturé par condensation latérale avec gutta percha et AH plus scellant, groupe B obturé par condensation latérale avec Resilon; Le groupe C n'a reçu aucun remplissage. Les dents restaurées ont été soumises à une charge de compression dans une machine d'essai universelle. Les résultats de la résistance à la fracture enregistrés et l'analyse statistique effectuée.

Résultats:

Les valeurs moyennes et SD pour les groupes sont les suivantes: Groupe A-536.555 ± 128.816, Groupe B- 885.943 ± 194.410 et Groupe C- 591.066 ± 68.97. On a observé que les échantillons du groupe B présentaient la résistance à la rupture la plus élevée suivie du groupe C. Le groupe A présentait la moindre résistance à la rupture.

Conclusion:

Les résultats de cette étude ont montré que le remplissage des canaux par Resilon augmentait la résistance in vitro à la fracture des dents uniques canalisées endodontiquement par rapport à la gutta percha.

Source : J Conserv Dent. 2010 Apr-Jun; 13(2): 61–64 doi:  10.4103/0972-0707.66712

Gutta percha verses resilon: Comparaison in vitro de la résistance à la rupture dans les dents endodontiques.


Objectif: L'objectif de cette étude était d'évaluer et de comparer la résistance à la fracture des dents endodontiques traitées à la gutta percha et au Resilon à l'aide de méthodes de condensation latérale et verticale. Matériel et méthodes: Un total de 75 dents à racine unique fraîchement extraites ont été sélectionnés. Tous les échantillons ont été équipés d'instruments rotatifs à 4% de Ni-Ti à profil.



 Les échantillons ont été répartis de façon aléatoire en cinq groupes de 15 échantillons chacun: le groupe 1 a été obturé en utilisant une condensation latérale avec de la gutta percha et un scellant AH-26. Le groupe 2 a été obturé en utilisant une condensation verticale avec de la gutta-percha et de l'AH-26. Le groupe 3 a été obturé avec Resilon et épiphanie en utilisant une technique de condensation latérale. Le groupe 4 a été obturé avec Resilon et épiphanie en utilisant la méthode de condensation verticale. Le groupe 5 n'a pas reçu de remplissage. Les dents restaurées ont été soumises à une charge de compression dans une machine d'essai universelle. 

Résultats: Le test ANOVA unidirectionnel a montré une différence significative entre les groupes (P

Comparaison de la résistance de cisaillement et de la micro-fuite de trois agents de liaison de septième génération disponibles dans les dents antérieures: étude in vitro

Objectif: L'étude a été réalisée dans le but de comparer la résistance de cisaillement (SBS) et la microfiltration de Tetric N-Bond, G-bond, et Xeno V (adhésifs de dentine de septième génération) dans les dents antérieures primaires. Matériaux et méthodes: Pour la résistance de cisaillement, 45 dents ont été réparties au hasard en trois groupes, à savoir groupe A, B, C (n = 15). Les échantillons ont été montés horizontalement sur un bloc acrylique exposant la surface faciale et collés avec différents adhésifs selon les instructions du fabricant. 


Un moule de Teflon fendu a été utilisé pour construire le cylindre de résine composite et photopolymérisé. La résistance de cisaillement a été testée à l'aide d'une machine d'essai universelle. Les valeurs ont été analysées statistiquement. Pour la microfiltration, 45 autres dents ont été regroupées de la même façon. Deux cavités de classe V ont été préparées sur la surface vestibulaire et traitées avec différents liants dentinaux et restaurées avec une résine composite (Ivoclar vivadent) A2. Les restaurations ont ensuite subi une sollicitation thermique pendant 200 cycles et ont été soumises à un essai de pénétration de colorant, suivie d'une section transversale au centre de la restauration de manière biologique. Chaque section a été examinée à l'aide d'un microscope stéréomicroscopique à un grossissement de 40 × pour évaluer la pénétration du colorant en marge de la restauration. Résultats: La SBS variait entre 22,12-23,77 N / mm 2 (valeur P = 0,231). Les scores de microfiltration ont varié entre 0,6 et 1,2 (valeur de P = 0,03, test post-hoc A vs B (0,007)). Il y avait un degré statistiquement plus élevé de microfiltration observé dans le groupe A par rapport au groupe B. 

Conclusion: Parmi les trois Agents de liaison disponibles dans le commerce, il n'y avait pas de différences statistiquement significatives dans la SBS. G avaient une microfiltration plus élevée que les autres.
Les trois produits commerciaux de la septième génération, c'est-à-dire G Bond, Tetric N-Bond, Xeno V, n'ont pas de différence statistique dans la résistance de cisaillement. Il y avait un degré statistiquement plus élevé de microfiltration observée dans la liaison G par rapport à la liaison N-Tétrique. Tetric N-Bond et Xeno V ont été mieux dans la prévention du degré de microfiltration dans les dents primaires par rapport à la liaison G.

Protocole d'entretien et de maintenance de vos matériels dentaires

¤ Tous les jours :

  • Nettoyage du crachoir avec du Dekaseptol en activant le jet de crachoir + une dose de produit , tout en frottant avec une brosse à vaisselle.
  • Nettoyage des tuyaux d’aspiration toujours avec une dose de Dekaseptol pour chaque tuyau même si il n’a pas été utilisé (dans le cas d’une chirurgie avec beaucoup de saignements , le faire avant le prochain patient).
  • Echange des filtres d’aspiration avec un jeu préalablement décontaminé par trempage. Prévoir plusieurs jeux de filtres de manière à faire tremper le dernier jeu sale dans un bain de décontamination toute une journée .
  • Nettoyage avec décontamination de la surface des panneaux de commande praticien, assistante, des poignées d’unit et de scialytique , et du nez des /ou de la seringue Air /eau .Ceci avec un spray ou avec des lingettes. Ne jamais projeter un spray sur une surface en direct mais en imprégnant un chiffon.
  • Graissage des joints toriques des nez de micromoteurs, turbines et autres raccords rapides.
  • Graissage des joints de la /ou des seringues Air/Eau après démontage du nez de seringue (avec de la graisse silicone ou de la vaseline)
  • Nettoyage/Decontamination du filtre crachoir.
  • Graissage deux fois par jour des instruments dynamiques systématiquement et régulierement avant chaque passage à l’autoclave dans le cas de mise sous sachets , ou passage dans le XCid (voir notice d’utilisation) ou Quattrocare + kit Dynasept.
  • Dans le cas d’activité en Implantologie ou en Parodontologie , nettoyage et décontamination obligatoires des turbines, contre angles et autres pièces à main spécifiques par Xcid, Quattrocare et kit Dynasept .


¤ Toutes les semaines :

  • Séquence de décontamination intensive au fauteuil. Commande du processus variable selon modèle de fauteuil Kavo (se reporter aux notices d’utilisation spécifiques)
  • Graissage des joints toriques du raccord rapide des tuyaux d’aspiration (graisse silicone ou vaseline )
  • Démontage et nettoyage de la vitre du scialytique .
  • Démontage et nettoyage des carquois/support des cordons de l’Unit praticien.

¤ Tous les trimestres :

  • Renouveler les jeux de filtre crachoir et aspiration.
  • Vérification de la consommation des produits de décontamination  Fauteuil et appareils de stérilisation.
  • Vérification du niveau de la cassette du récupérateur d’amalgame (fauteuil ou aspiration).


¤   Tous les ans :

  • Changement des filtres de compresseur (avec dessicateur) hors purge régulière.


¤   Tous les 2 ans :

  • Révision du Fauteuil par un technicien agrée Kavo 
  • Changement des néons des éclairages « lumière du jour »



   Ne jamais : 

  • Introduire des produits javélisés dans le crachoir ou circuit d'aspiration
  • Utiliser des produits "bain de bouche" dans le crachoir et système d'aspiration
  • Utiliser des produits d'entretien autres que ceux conseillés par le fabricant
  • Mettre en contact la surface de vos matériels avec l'Eugenol
  • Faire remplacer les pièces défectueuses par des pièces non conformes ou de constructeurs différents.

Thése et Mémoires de Fin d’Etudes.

 
NUM                                         
TITRE                 spécialité                                                                           
faculté                                                               MOTS CLÈS
001
Les Pathologie Tumorales Bénigne de la gencive.Orthodontie.
Université Annaba,
2008
Taxe, Déclarations, sociétés
002
Perception de la douleur durant le traitement orthodontique avec boîtiers auto-ligaturantsOrthodontie
Université de Montréal 2012Auto-ligaturant, douleur, boîtiers, orthodontie, appareil, SPEED, Damon
127
Le chirurgien dentiste et le micro-ordinateurInformat.
Etrangére
1982
Matériel micro-ordinateur, Microproceseur, Unité Central
128
Intérêt du micro-ordinateur au cabinet dentaireInformat.
Etrangére
1982
Informatique, Logiciel, Programme, Gestion, Mémoire, Micro-processeur, Disquette, Pigueur
129Comparaison entre deux types d' implants unitaires : l' implant-aiguille et l' implant tri-dimensionnel de juilletImplant.
Etrangére
1982
Implant, Aiguille, Implant tri-démentionnel, Restauration prothètique
130
Etude photocolorimétrique des dents prothétiques en céramiqueP.C
Etrangére
1982
Céramique, Couleur, Colorimétrie, Spectrophotome
131
L' instrumentation et l' ergonomie en cabinet pour les actes de pathologie chirurgicale de la bouche et des dentsChir.Bucc
Etrangére
1982
Instrumentation, Ergonomie, Avulsion
132offertes par l' O.D.F et la parodontologieP.C
Etrangére
1982
Contexte, Orthodontique, Possibilité orthodontique, Préparation parodontale, Prothése conjointe
133
Solution prothétique d' une performation vélopalatine chez une édenté totaleP.M.F
Etrangére
1982
Malformation congénitale, Voile du palais, P.M.F, Obturation, Orthophonie, Réeducation
134
Solutions prothétiques dans le cas d' un édentement postérieur mandibulaire biolatéralP.P.A
Etrangére
1982
Edentation partielle postérieure bilatérale, Mandibulaire, P.P.A à appui, Prothése articulée
135
Trouble de la déglutition chez le vieillardPatho.
Etrangére
1982
Déglutition, Mastication, Troubles psychiques
136
Identification en odonto-stomatologie : problèmes liés à la datation des restes ostéo-dentairesO.L
Etrangére
1982
Identification, Odontogramme de screanning, Matériaux
137
Mode d' action et point d' impact des tétracyclines : intérêt thérapeutique odonto-stomatologiquePharmacol
Etrangére
1982
Antibiotiques, Tétracyclines, Thérapeutique
138
Une application du carbone en odonto-stomatologieImplant.
Etrangére
1982
Biomatériaux, Carbone, Collagéne
139
La prévention chez l' enfant handicapé réalisation d' une gouttière fluorée personnaliséePédo.
Etrangére
1982
Enfant handicapés, Prévention primaire, Gouttiére fluorée
140
Les moyens de défense du parodonte : étude microscopiqueParo.
Etrangére
1982
Immunologie, Immunopathologie
141
Prophylaxie par le sport des pathologies du rachis chez le chirurgien dentistePsychol.
Etrangére
1982
Maladies professionnelles, Rachis, Prophylaxie
142
Demade relationnelle des patients en odontologiePsychol.Etrangére
1982
Contrat humain, Décontraction, Confiance
143
Les apports des associations de gestion agrée à l' odontologieErgo.
Etrangére
1982
Abattement, Associations, Fiscalités, Plan comptable
144
Les alginates en prothèse totaleP.T
Etrangére
1982
147
Etude céphalométrique et éléctromiographique lors du traitement par activateurO.D.F
Etrangére
1982
Activateur, Céphalométrie, Electromyographie
148
La parodontite aiguë juvénileParo.






Monastir
1982
150
Ultrastructure de la gencive du diabétiqueHistol.
Etrangére
1982
Diabête, Microangiopathie, Gencive
151
A propos d' un cas particulier d' dontomes complexes et composésPathol.
Etrangére
1982
Odontome complexe, odontome composé, Odontome surnuméraire, Odontome proprement dit
152
La photoélasticimétrie tridimentielle essais d' applications en prothétique adjointeP.C
Etrangére
1982
Photoélastique, Isocrome, Contrainte
153
Influence de la température de préchauffage sur la grosseur du grain des alliages d' or dentaire à coulerMatér.
Etrangére
1982
Cylindre de coulée, Température de préchauffage, Solidification des alliages, Dimension de grain
154
PiézographiesPC.1982Prorthèse compléte, Edentée total, Empreinte, Phonétique ;
155
Epidémiologie des gingivopathies chez une population scolaireParo.
Monastir
1982
Epidémiologie, Plaque dentaire, Indice gingivale, Gingivité, Indice d'hygiéne orale
159
Enquête épidémiologique de l' état bucco-dentaire de la population infantilePédo.
Etrangére
1982
Enquête nationale, Age pédontique, Etat de parodonte, Affections de la muqueuse, Ultration dentaire